Ségur (Comtesse de). La poupée de cire

PDF (Réservé aux adhérents)


Un jour, Sophie pensa qu’il était bon de laver les poupées, puisqu’on lavait les enfants; elle prit de l’eau, une éponge, du savon, et se mit à débarbouiller sa poupée; elle la débarbouilla si bien, qu’elle lui enleva toutes ses couleurs: les joues et les lèvres devinrent pâles comme si elle était malade, et restèrent toujours sans couleur. Sophie pleura, mais la poupée resta pâle.

Les Malheurs de Sophie (1858)
Chapitre 1 – La poupée de cire

Yeats (William Butler). The Fiddler of Dooney


PDF (Réservé aux adhérents)


Version chantée par Sean Doyle

When I play on my fiddle in Dooney,
Folk dance like a wave of the sea;
My cousin is priest in Kilvarnet,
My brother in Moharabuiee.

I passed my brother and cousin:
They read in their books of prayer;
I read in my book of songs
I bought at the Sligo fair.

When we come at the end of time,
To Peter sitting in state,
He will smile on the three old spirits,
But call me first through the gate;

For the good are always the merry,
Save by an evil chance,
And the merry love the fiddle
And the merry love to dance:

And when the folk there spy me,
They will all come up to me,
With ‘Here is the fiddler of Dooney!’
And dance like a wave of the sea.

The Wind Among the Reeds (1899)

En français

Quand je joue de mon violon à Dooney,
Les gens dansent comme une vague de la mer;
Mon cousin est prêtre à Kilvarnet,
Mon frère à Mocharabuiee.

J’ai croisé mon frère et mon cousin:
Ils lisaient dans leurs livres de prières;
Je lisais dans mon livre de chansons
Que j’ai acheté à la foire de Sligo.

Quand nous arriverons à la fin des temps
Devant Saint-Pierre assis en majesté,
Celui-ci sourira aux trois vieux esprits,
Mais c’est moi qu’il appellera le premier à franchir la porte.

Car le bon est toujours le joyeux,
À moins d’un hasard diabolique,
Et le joyeux aime le violon,
Et le joyeux aime la danse:

Et quand les gens me verront,
Ils viendront tous à ma rencontre
En disant « Voici le violoneux de Dooney! »
Et ils danseront comme une vague de la mer.

Version italienne chantée par Angelo Branduardi, 1986

Come le onde del mare, come le onde del mare
balla la gente quando suono il mio violino.
Mio cugino è prete a Kilvarnet,
mio fratello è prete a Mocharabuiee.

Ma io ho fatto più di mio fratello e mio cugino:
leggono nei libri di preghiere,
io leggo nei miei libri di canzoni
che ho comperato alla fiera di Sligo.

Quando alla fine dei tempi
noi ci presenteremo a Pietro,
andremo da lui seduto in maestà,
allora lui sorriderà ai nostri tre vecchi spiriti,
ma chiamerà me per primo oltre il cancello.

Perchè sempre allegri sono i buoni,
salvo che per cattiva sorte,
e la gente allegra ama il violino,
la gente allegra ama ballare.

Quando mi vedono arrivare,
corrono da me tutti gridando:
« Ecco il violinista di Dooney! »
Vengono a ballare come le onde del mare.

Apollinaire (Guillaume). Saltimbanques

Dans la plaine les baladins
S’éloignent au long des jardins
Devant l’huis des auberges grises
Par les villages sans églises

Et les enfants s’en vont devant
Les autres suivent en rêvant
Chaque arbre fruitier se résigne
Quand de très loin ils lui font signe

Ils ont des poids ronds ou carrés
Des tambours des cerceaux dorés
L’ours et le singe animaux sages
Quêtent des sous sur leur passage


Ce poème figure dans Alcools, recueil que Guillaume Apollinaire fait paraître à Paris en 1913. Il évoque des tziganes, venus d’Europe centrale, qui se produisaient alors comme artistes de rues. Picasso consacre à ces personnages des tableaux peints dans sa « période rose » (1904-1906). L’Andalou vit alors à Montmartre, et se lie d’amitié avec notre poète qui lui rend de fréquentes visites dans son atelier du Bateau-Lavoir (Place Émile Goudeau, dans le XVIIIe). Les douze vers octosyllabes du texte nous séduisent par la simplicité de leur écriture. Ils nous font partager la tendre sympathie que l’auteur éprouve à l’égard de familles pauvres et vagabondes, qui apportent couleurs et rêves dans nos villages gris.


POUR JOUER, POUR APPRENDRE

Moulin à paroles (M@P)
Lis avec tes yeux quand le texte est écrit, et avec ta mémoire quand il est effacé → PDF (Réservé aux adhérents)

QCM
10 questions à 1 point → En ligne

Un commentaire savant
Intermittences des saltimbanques → En ligne