Apollinaire (Guillaume). Saltimbanques

Dans la plaine les baladins
S’éloignent au long des jardins
Devant l’huis des auberges grises
Par les villages sans églises

Et les enfants s’en vont devant
Les autres suivent en rêvant
Chaque arbre fruitier se résigne
Quand de très loin ils lui font signe

Ils ont des poids ronds ou carrés
Des tambours des cerceaux dorés
L’ours et le singe animaux sages
Quêtent des sous sur leur passage


Ce poème figure dans Alcools, recueil que Guillaume Apollinaire fait paraître à Paris en 1913. Il évoque des tziganes, venus d’Europe centrale, qui se produisaient alors comme artistes de rues. Picasso consacre à ces personnages des tableaux peints dans sa « période rose » (1904-1906). L’Andalou vit alors à Montmartre, et se lie d’amitié avec notre poète qui lui rend de fréquentes visites dans son atelier du Bateau-Lavoir (Place Émile Goudeau, dans le XVIIIe). Les douze vers octosyllabes du texte nous séduisent par la simplicité de leur écriture. Ils nous font partager la tendre sympathie que l’auteur éprouve à l’égard de familles pauvres et vagabondes, qui apportent couleurs et rêves dans nos villages gris.


POUR JOUER, POUR APPRENDRE

Moulin à paroles (M@P)
Lis avec tes yeux quand le texte est écrit, et avec ta mémoire quand il est effacé → PDF (Réservé aux adhérents)

QCM
10 questions à 1 point → En ligne

Un commentaire savant
Intermittences des saltimbanques → En ligne

Apollinaire (Guillaume). Mai


PDF (Réservé aux adhérents)


Le mai le joli mai en barque sur le Rhin
Des dames regardaient du haut de la montagne
Vous êtes si jolies mais la barque s’éloigne
Qui donc a fait pleurer les saules riverains

Or des vergers fleuris se figeaient en arrière
Les pétales tombés des cerisiers de mai
Sont les ongles de celle que j’ai tant aimée
Les pétales flétris sont comme ses paupières

Sur le chemin du bord du fleuve lentement
Un ours un singe un chien menés par des tziganes
Suivaient une roulotte traînée par un âne
Tandis que s’éloignait dans les vignes rhénanes
Sur un fifre lointain un air de régiment

Le mai le joli mai a paré les ruines
De lierre de vigne vierge et de rosiers
Le vent du Rhin secoue sur le bord les osiers
Et les roseaux jaseurs et les fleurs nues des vignes

Alcools (1913)


Commentaire
Sur le site « 20 au bac »

QCM
10 questions à 1 point

10 mots pour la dictée
regardaient – riverains – figeaient – cerisiers – lentement – tziganes – lointain – régiment – rosiers – roseaux

Hugo (Victor). Demain, dès l’aube…


PDF (Réservé aux adhérents)


Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Les Contemplations (1856)


Commentaire
Autoportrait du poète en costume de deuil

QCM
10 questions à 1 point

10 mots pour la dictée
blanchit – partirai – longtemps – pensées – entendre – inconnu – descendant – mettrai – bouquet – bruyère

Cadou (René Guy). Automne


PDF (Réservé aux adhérents)


Odeur des pluies de mon enfance
Derniers soleils de la saison !
À sept ans comme il faisait bon,
Après d’ennuyeuses vacances,
Se retrouver dans sa maison !

La vieille classe de mon père,
Pleine de guêpes écrasées,
Sentait l’encre, le bois, la craie
Et ces merveilleuses poussières
Amassées par tout un été.

Ô temps charmant des brumes douces,
Des gibiers, des longs vols d’oiseaux,
Le vent souffle sous le préau,
Mais je tiens entre paume et pouce
Une rouge pomme à couteau.


[Les amis d’enfance. Quatorze poèmes inédits. Préface de Jean Follain. Avec un portrait du poète par lui-même. D’après la maquette de Christian Delorme. Bourges, Maison de la Culture, 1965.
Repris dans Poésie la vie entière. Œuvres poétiques complètes, préface de Michel Manoll, Seghers, 1978, p. 358.]