Proust (Marcel). Des mouettes sur la digue

PDF (Réservé aux adhérents)


« Seul, je restai simplement devant le Grand-Hôtel à attendre le moment d’aller retrouver ma grand’mère, quand, presque encore à l’extrémité de la digue où elles faisaient mouvoir une tache singulière, je vis s’avancer cinq ou six fillettes, aussi différentes, par l’aspect et par les façons, de toutes les personnes auxquelles on était accoutumé à Balbec, qu’aurait pu l’être, débarquée on ne sait d’où, une bande de mouettes qui exécute à pas comptés sur la plage — les retardataires rattrapant les autres en voletant — une promenade dont le but semble aussi obscur aux baigneurs qu’elles ne paraissent pas voir, que clairement déterminé pour leur esprit d’oiseaux. »

→ Proust (M.), À l’ombre des jeunes filles en fleurs, Deuxième partie: « Noms de pays: Le pays », dans À la recherche du temps perdu, tome I, éd. de Pierre Clarac et André Ferré, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1954, p. 788.

Baudelaire (Charles). L’Homme et la Mer

PDF (Réservé aux adhérents)


Homme libre, toujours tu chériras la mer !
La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame,
Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer.

Tu te plais à plonger au sein de ton image ;
Tu l’embrasses des yeux et des bras, et ton coeur
Se distrait quelquefois de sa propre rumeur
Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.

Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :
Homme, nul n’a sondé le fond de tes abîmes ;
Ô mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !

Et cependant voilà des siècles innombrables
Que vous vous combattez sans pitié ni remord,
Tellement vous aimez le carnage et la mort,
Ô lutteurs éternels, ô frères implacables !

Les Fleurs du mal (1857)


Commentaire

On relève, dans la 2e strophe: « Tu te plais à plonger au sein de ton image… » Ce vers nous évoque le personnage mythologique de Narcisse, à ceci près que Narcisse se penche sur l’eau d’une fontaine où son image physique se reflète, tandis qu’ici, dans le déferlement des vagues, il s’agit plutôt d’une image spirituelle. D’ailleurs, la première strophe indique: « La mer est ton miroir; tu contemples ton âme / Dans le déroulement infini de sa lame. »

Que l’homme puisse ignorer certains secrets que sa propre âme contient (ou son cœur), voici une idée tout à fait nouvelle que Ch. Baudelaire énonce, qui sera formalisée au tout début du siècle suivant par Sigmund Freud, le père de la psychanalyse, sous le titre d’ « inconscient ».

Une autre idée, plus centrale encore, sur laquelle le poème est construit, est celle d’un corps à corps de l’homme avec la mer, une idée confirmée, dans la 4e strophe, par les mentions de « combat », de « lutte ». Le souhait ou le rêve immémorial d’une plongée exploratoire de l’homme dans la mer n’est pas explicitement formulé, mais le texte le suggère. Il nous y conduit de toute sa force, comme au bord d’un basculement dans l’abîme. Car, au moment au Charles Baudelaire écrit, cette exploration paraît irréalisable. Tandis que, quelques années plus tard, elle fournira le thème central d’un roman immédiatement populaire, comme tous ceux de son auteur, et qui était promis à une gloire planétaire.

Les spécialistes pensent identifier certaines sources du poème de Baudelaire chez Balzac. Mais il n’est pas moins intéressant de noter que ces seize vers trouvent un écho dans un roman monumental, paru en 1869-1870, soit moins de dix ans après la première édition des Fleurs du mal, puis qui fut adapté au cinéma, par les studios Walt Disney, en 1954.

Ce roman, c’est bien sûr Vingt mille lieues sous les mers. Jules Verne avait-il lu le poème de Baudelaire? S’en est-il sourvenu? On peut l’imaginer, d’autant qu’il fut un lecteur attentif d’Edgar Allan Poe traduit par le même Baudelaire. Dans les deux textes, de genres si différents, le face à face de l’homme avec la mer prend les formes mouvantes de la rencontre, du ballet, de l’étreinte amoureuse et d’une lutte mortelle.

Le roman s’adresse au jeune public, tandis que le titre du recueil destine le poème aux esthètes adultes. Pourtant certaines gravures qui illustrent l’un ne conviendraient-elles pas aussi bien à l’autre?

Baudelaire (Charles). La Vie antérieure


PDF (Réservé aux adhérents)


J’ai longtemps habité sous de vastes portiques
Que les soleils marins teignaient de mille feux,
Et que leurs grands piliers, droits et majestueux,
Rendaient pareils, le soir, aux grottes basaltiques.

Les houles, en roulant les images des cieux,
Mêlaient d’une façon solennelle et mystique
Les tout-puissants accords de leur riche musique
Aux couleurs du couchant reflété par mes yeux.

C’est là que j’ai vécu dans les voluptés calmes,
Au milieu de l’azur, des vagues, des splendeurs
Et des esclaves nus, tout imprégnés d’odeurs,

Qui me rafraîchissaient le front avec des palmes,
Et dont l’unique soin était d’approfondir
Le secret douloureux qui me faisait languir.

Les Fleurs du mal (1857)

Cadiot (Olivier). Comme la mer


PDF (Réservé aux adhérents)


Comme je n’avais pas vu la mer, mais je voyais ces champs de blé du haut de là où nous étions avec mon pauvre père, et, devenant poétesse juste un instant, comme quelqu’un se lève au milieu d’une assemblée et chante dans une langue inconnue, se souvenant sans doute du rythme de quelques longues phrases apprises à l’école, je n’avais pas vu la mer, poursuit-elle, mais il y avait ces immenses champs de blé, et le vent, elle fait un geste pour dire trembler, onduler, et le vent, et elle ne savait pas comment finir sa phrase… c’était comme la mer.

Un mage en été (2010)

Fombeure (Maurice). Le coquillage


PDF (Réservé aux adhérents)


Ronfle coquillage
Où l’on entend tout le bruit de la mer
Vague par vague
Où l’on entend marcher les petits crabes
Où l’on entend mugir le vent amer.

Ronfle coquillage
Ah ! je revois tous les bateaux de bois,
Les voiles blanches
Claires comme un matin de beau dimanche
Ailes de la joie.

Ronfle coquillage,
En toi je retrouve les beaux jours vivants,
Où les mouettes claquaient au vent
Dans un grand ciel bleu gonflé de nuages,
De nuages blancs signe du beau temps.

Ronfle coquillage.

[Dans l’anthologie Pin Pon d’or : Comptines, formulettes, berceuses, rondes, chansons, ritournelles, poésies recueillies par Armand Got, illustrées par André Hellé. Éditions Bourrelier et Cie, 1951.]

Desbordes-Valmore (Marceline). Les roses de Saadi


PDF (Réservé aux adhérents)


J’ai voulu ce matin te rapporter des roses ;
Mais j’en avais tant pris dans mes ceintures closes
Que les nœuds trop serrés n’ont pu les contenir.

Les nœuds ont éclaté. Les roses envolées
Dans le vent, à la mer s’en sont toutes allées.
Elles ont suivi l’eau pour ne plus revenir ;

La vague en a paru rouge et comme enflammée.
Ce soir, ma robe encore en est tout embaumée…
Respires-en sur moi l’odorant souvenir.

Poésies inédites (1860)

Hugo (Victor). Demain, dès l’aube…


PDF (Réservé aux adhérents)


Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Les Contemplations (1856)


Commentaire
Autoportrait du poète en costume de deuil

QCM
10 questions à 1 point

10 mots pour la dictée
blanchit – partirai – longtemps – pensées – entendre – inconnu – descendant – mettrai – bouquet – bruyère