Apollinaire (Guillaume). Annie


PDF (Réservé aux adhérents)


Sur la côte du Texas
Entre Mobile et Galveston il y a
Un grand jardin tout plein de roses
Il contient aussi une villa
Qui est une grande rose

Une femme se promène souvent
Dans le jardin toute seule
Et quand je passe sur la route bordée de tilleuls
Nous nous regardons

Comme cette femme est mennonite
Ses rosiers et ses vêtements n’ont pas de boutons
Il en manque deux à mon veston
La dame et moi suivons presque le même rite

Alcools (1913)

Apollinaire (Guillaume). La Blanche neige


PDF (Réservé aux adhérents)


Les anges les anges dans le ciel
L’un est vêtu en officier
L’un est vêtu en cuisinier
Et les autres chantent

Bel officier couleur du ciel
Le doux printemps longtemps après Noël
Te médaillera d’un beau soleil
D’un beau soleil

Le cuisinier plume les oies
Ah! tombe neige
Tombe et que n’ai-je
Ma bien-aimée entre mes bras

Alcools (1913)

Apollinaire (Guillaume). Automne


PDF (Réservé aux adhérents)


Dans le brouillard s’en vont un paysan cagneux
Et son bœuf lentement dans le brouillard d’automne
Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux

Et s’en allant là-bas le paysan chantonne
Une chanson d’amour et d’infidélité
Qui parle d’une bague et d’un cœur que l’on brise

Oh ! l’automne l’automne a fait mourir l’été
Dans le brouillard s’en vont deux silhouettes grises

Alcools (1913)

Apollinaire (Guillaume). Saltimbanques

Dans la plaine les baladins
S’éloignent au long des jardins
Devant l’huis des auberges grises
Par les villages sans églises

Et les enfants s’en vont devant
Les autres suivent en rêvant
Chaque arbre fruitier se résigne
Quand de très loin ils lui font signe

Ils ont des poids ronds ou carrés
Des tambours des cerceaux dorés
L’ours et le singe animaux sages
Quêtent des sous sur leur passage


Ce poème figure dans Alcools, recueil que Guillaume Apollinaire fait paraître à Paris en 1913. Il évoque des tziganes, venus d’Europe centrale, qui se produisaient alors comme artistes de rues. Picasso consacre à ces personnages des tableaux peints dans sa « période rose » (1904-1906). L’Andalou vit alors à Montmartre, et se lie d’amitié avec notre poète qui lui rend de fréquentes visites dans son atelier du Bateau-Lavoir (Place Émile Goudeau, dans le XVIIIe). Les douze vers octosyllabes du texte nous séduisent par la simplicité de leur écriture. Ils nous font partager la tendre sympathie que l’auteur éprouve à l’égard de familles pauvres et vagabondes, qui apportent couleurs et rêves dans nos villages gris.


POUR JOUER, POUR APPRENDRE

Moulin à paroles (M@P)
Lis avec tes yeux quand le texte est écrit, et avec ta mémoire quand il est effacé → PDF (Réservé aux adhérents)

QCM
10 questions à 1 point → En ligne

Un commentaire savant
Intermittences des saltimbanques → En ligne

Apollinaire (Guillaume). Mai


PDF (Réservé aux adhérents)


Le mai le joli mai en barque sur le Rhin
Des dames regardaient du haut de la montagne
Vous êtes si jolies mais la barque s’éloigne
Qui donc a fait pleurer les saules riverains

Or des vergers fleuris se figeaient en arrière
Les pétales tombés des cerisiers de mai
Sont les ongles de celle que j’ai tant aimée
Les pétales flétris sont comme ses paupières

Sur le chemin du bord du fleuve lentement
Un ours un singe un chien menés par des tziganes
Suivaient une roulotte traînée par un âne
Tandis que s’éloignait dans les vignes rhénanes
Sur un fifre lointain un air de régiment

Le mai le joli mai a paré les ruines
De lierre de vigne vierge et de rosiers
Le vent du Rhin secoue sur le bord les osiers
Et les roseaux jaseurs et les fleurs nues des vignes

Alcools (1913)


Commentaire
Sur le site « 20 au bac »

QCM
10 questions à 1 point

10 mots pour la dictée
regardaient – riverains – figeaient – cerisiers – lentement – tziganes – lointain – régiment – rosiers – roseaux