La Chauve-souris, de R. Desnos

Youki Desnos raconte: « C’est pendant l’occupation, au cours d’une de ces soirées où nous nous serrions les coudes et réchauffions le cœur entre amis, que René Poirier suggéra à Desnos d’écrire quelques petits poèmes pour les enfants.
Desnos les aimait beaucoup (…). C’est pourquoi la proposition de notre ami Poirier lui sourit d’emblée.
Quelque temps après, il lui remit les poèmes que voici, ses derniers hélas, car la Gestapo vint l’arrêter presque aussitôt.
Michel Gründ en hâta l’édition pour faire une surprise au poète ; Desnos était tellement vivant que son retour ne faisait aucun doute pour nous. »

Avant-propos à l’édition de 1955. Dans Chantefables et Chantefleurs, de Robert Desnos, avec des illustrations de Zdenka Krejcova, éd. Grund, 1995.

Commentaire: Quand Fantômas se transforme en Batman →