Plus en français (5). Triomphe (provisoire) de la nourriture industrielle

Et avec cela, la cantine était obligatoire. Sans doute pas pour tous les enfants. Le petit nombre de ceux que leurs parents ou grands-parents pouvaient accueillir chez eux, pour y manger fût-ce deux œufs au plat et une tranche de pain, étaient libres de s’en aller, bien sûr. Mais les autres, qui devaient rester à l’école parce que le domicile familial était vide à cette heure de la journée, ceux-là en revanche n’étaient pas autorisés à se contenter d’une part de pissaladière et d’une pomme, voire d’un reste de daube réchauffé qu’ils eussent rapportés de chez eux. Il fallait nécessairement qu’ils mangent ce que le service de restauration collective leur réservait, à eux comme aux autres, à savoir des repas dont on nous assurait qu’ils étaient riches et équilibrés du point de vue diététique, ce dont personne n’a jamais douté, mais qui étaient tellement insipides qu’aucun enfant ne pouvait s’en satisfaire. Si bien qu’un jour, je décidais d’agir. J’inscrivis à l’ordre du jour d’une réunion de notre conseil d’école le vote d’une résolution qui serait soumise à la commune afin qu’elle autorise la pratique de la boîte à sandwich pour ceux qui le souhaitaient. Nos voisins européens offraient de jolis exemples de cet usage. Pourquoi ne pas s’en inspirer ? J’invitais à cette réunion une représentante de la société de restauration qui vanta la qualité de ses services, et en face d’elle un pédo-psychiatre qui évoqua les troubles nutritionnels de l’enfance : grignotage, boulimie, surpoids. Mais les parents d’élèves étaient venus en nombre. Et leur position était bien arrêtée. Ils voulaient que tous les enfants aient droit aux mêmes repas. Et que la société concessionnaire propose enfin d’autres repas pour le soir, qui seraient partagés en famille, et d’autres encore pour les week-end. Je renonçai.

À propos de cjacominoDocteur en sciences du langage. Directeur de l'association Ars legendi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.