L’autre ville

La ville était écrasée de soleil.

Dans le café où je passais mes après-midi
à lire les journaux et jouer aux échecs,
les ampoules électriques restaient allumées.

Puis, le soir, dans la même rue étroite où
les commerçants rentraient leurs marchandises
et baissaient leurs rideaux, nous étions surpris
de retrouver le ciel pâle au-dessus de nos têtes.

À propos de cjacominoDocteur en sciences du langage. Directeur de l'association Ars legendi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.