Pour exercer l’esprit critique de nos élèves

Dans la fable, l’Agneau est occupé à boire. Le Loup de son côté a faim, si bien que le sort du premier est décidé à l’instant de la rencontre. Le Loup le mangera. Mais celui-ci veut se donner un peu de temps. Et il aborde l’Agneau avec cette question fameuse : “Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?”

La phrase contient un seul verbe conjugué, donc une seule proposition grammaticale. Mais la question qu’elle affiche est purement formelle. Elle revient à demander de qui l’Agneau a reçu l’autorisation de boire dans cette rivière. De personne, bien sûr. On ne reçoit de personne l’autorisation de respirer l’air qu’on respire, de boire l’eau qu’on boit, ni de manger l’herbe des prés. D’ailleurs l’Agneau ne fera pas mine d’y répondre. En revanche, il fera observer au Loup que, se trouvant en aval de la position que celui-ci occupe, il ne peut certainement pas troubler son eau.

Dans Méthode (réservé aux adhérents)

À propos de cjacominoDocteur en sciences du langage. Directeur de l'association Ars legendi

2 réflexions sur “Pour exercer l’esprit critique de nos élèves

  1. Ping : La Fontaine (Jean de). Le Loup et l’Agneau | Lire, écrire, parler

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.