L’occasion

Cela (la mort de Naomi Musenga) me rappelle une histoire. Je la raconte très vite. Un samedi matin, il est 11:30, je suis dans mon bureau de direction d’une certaine école de Nice. La semaine a été longue, je suis fatigué, ma famille m’attend, j’ai hâte qu’on en finisse. J’entends les enfants descendre dans l’escalier, sortir et passer la grille. Une surveillante entre alors dans mon bureau poussant devant elle un enfant que je n’avais jamais remarqué jusque là, aujourd’hui je ne sais plus son nom, et elle me dit: Il ne veut pas partir. Son père l’attend à la sortie mais il refuse de partir avec lui. Il demande que nous le gardions. L’enfant m’explique qu’il n’a pas vu ce monsieur depuis longtemps, que c’est bien son père, mais que non, à aucun prix il ne veut partir avec lui. Je lui réponds que rien alors ni personne ne l’obligera à le faire. Je l’installe dans mon bureau, je fais prévenir le père que j’ai besoin de temps. Il reste planté, seul, debout devant la grille, à fumer des cigarettes. Et maintenant? J’ai appelé la mère, j’ai parlé avec elle au téléphone, puis avec la police. Après un long moment, la Brigade des mineurs se présente. Force tranquille de 3 ou 4 professionnels jeunes et entraînés. Ils interrogent l’enfant, je ne sais ce que celui-ci leur raconte, ni ne veux le savoir, puis ils font monter le père et il parlent avec lui dans une pièce séparée. Ils reviennent dans mon bureau, et ils me remercient. Ils disent: Vous avez fait ce qu’il fallait. Il est 13:00 ou 13:30, ils repartent avec l’enfant, qu’ils ne remettent donc pas au père. Personne ne m’a jamais rien révélé du fond de cette affaire, je n’ai rien su, il appartenait à ma fonction que je n’en sache rien. Mais l’enfant est revenu à l’école le lundi matin, souriant, rassuré. Et ce monsieur ne s’est jamais plus présenté à la grille.

À propos de cjacominoDocteur en sciences du langage. Directeur de l'association Ars legendi

Une réflexion sur “L’occasion

  1. L’enfant a été écouté et surtout entendu ce qui n’est hélas pas assez souvent le cas…il y a donc de l’espoir

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.